La raie de Chardin

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

La raie de Chardin

Message  Ulysse92 le Ven 26 Sep 2014 - 12:34

Ce tableau est un sujet de réflexion au programme du brevet

Un outil de formation pour les enseignants du second degré qui veulent s’investir autrement :
http://professeurformateur.unblog.fr/2010/09/27/la-raie-de-chardin-xviiieme/


En 1728, Siméon Chardin est reçu à l'Académie Royale de peinture, comme "peintre d'animaux et de fruits",
en présentant les tableaux intitulés la Raie et le Buffet (Paris, Louvre)

Marcel Proust a écrit:« Maintenant venez jusqu’à la cuisine dont l’entrée est sévèrement gardée par la tribu des vases de toute grandeur, serviteurs capables et fidèles, race laborieuse et belle. Sur la table les couteaux actifs, qui vont droit au but, reposent dans une oisiveté menaçante et inoffensive. Mais au-dessus de vous un monstre étrange, frais encore comme la mer où il ondoya, une raie est suspendue, dont la vue mêle au désir de la gourmandise le charme curieux du calme ou des tempêtes de la mer dont elle fut le formidable témoin, faisant passer comme un souvenir du Jardin des Plantes à travers un goût de restaurant. Elle est ouverte et vous pouvez admirer la beauté de son architecture délicate et vaste, teintée de sang rouge, de nerfs bleus et de muscles blancs, comme la nef d’une cathédrale polychrome. À côté, dans l’abandon de leur mort, des poissons sont tordus en une courbe raide et désespérée, à plat ventre, les yeux sortis. Puis un chat, superposant à cet aquarium la vie obscure de ses formes plus savantes et plus conscientes, l’éclat de ses yeux posé sur la raie, fait manœuvrer avec une hâte lente le velours de ses pattes sur les huîtres soulevées et décèle à la fois la prudence de son caractère, la convoitise de son palais et la témérité de son entreprise. L’œil qui aime à jouer avec les autres sens et à reconstituer à l’aide de quelques couleurs, plus que tout un passé, tout un avenir, sent déjà la fraîcheur des huîtres qui vont mouiller les pattes du chat et on entend déjà, au moment où l’entassement précaire de ces nacres fragiles fléchira sous le poids du chat, le petit cri de leur fêlure et le tonnerre de leur chute.

Ce tableau a été souvent copié pour étude :

extrait d'un film de Julien Devaux, "Wide Details on the Traces of Francis Alys (2006)"
http://sensoprojekt.com/ressources/a-propos-du-film-trait-pour-trait-de-julien-devaux.html

Henri Matisse a écrit: Oui, je vais souvent au Louvre. C’est l’œuvre de Chardin que j’y étudie le plus. Je vais au Louvre pour étudier sa technique
(Écrits et Propos sur l’art - Paris, 1972)


Henri Matisse - la raie de Chardin - 1896 - musée Matisse du Cateau-Cambrésis
trouvé sur le blog du capitaine Haddock : http://caphadock.blogspot.fr/2012_03_01_archive.html

(on sent l'influence de Cézanne)



Chaïm Soutine - La raie - 1923
http://rodavlas.overblog.com/tripes


Chaïm Soutine - nature morte à la raie - 1923
Huile sur toile, 80,5 x 64,5 cm
The Cleveland Museum of Art (Ohio)
http://masmoulin.blog.lemonde.fr/category/themes-picturaux/animal/
Voir en grand : http://www.artliste.com/chaim-soutine/nature-morte-raie-1926.html




Eugène Boudin - Nature morte à la raie (d'après Chardin)  1861
Musée Eugène-Boudin de Honfleur


Chardin en a inspiré aussi d'autres :


James Ensor - la raie - 1892
avatar
Ulysse92
Admin

Messages : 3156
Date d'inscription : 30/12/2010
Localisation : Dans les étoiles

http://jardindesprit.forumgratuit.org

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum