Antiquités étrusques, grecques et romaines - Tome 1

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Antiquités étrusques, grecques et romaines - Tome 1

Message  Ulysse92 le Ven 23 Juin 2017 - 13:36

Antiquités étrusques, grecques et romaines - Tome 1
par  Hancarville, Pierre-François Hugues d' (1719-1805) et  David, François-Anne (1741-1824)
en 1787
Magnifique ouvrage illustré de gravures de F-A David (d'après le cabinet d'Antiquités de Hamilton) et d'un frontispice

http://bibliotheque-numerique.inha.fr/viewer/8719?medianame=0628_doucet_4ae415_01_000089&q=coriolan#page=6&viewer=picture





et contenant une belle illustration des dames romaines venant visiter Véturie ou Volumnie pour lui demander d'intercéder auprès de Coriolan


http://bibliotheque-numerique.inha.fr/viewer/8719?medianame=0628_doucet_4ae415_01_000089&q=coriolan#page=85&viewer=picture
Planche 5 - Volumnie, mère(*) de Coriolan - page 75
Ce n'est pas une photo mais une gravure de François-Anne David d'après un vase conique faisant partie des collections de Hamilton. Shocked
Cette gravure a été rehaussée après impression d'une couleur pourpre voisine de l'original peinte à la main sur chaque exemplaire du livre. On notera sur les bords les endroits où ce coloriage a un peu disparu et où l'on voit la gravure noire sur fond couleur papier. Dans le Tome V on verra sur le frontispice que ce David est devenu graveur de la chambre et du frère du Roi.

Il a même parfois gravé comme une photo mais c'est forcément un peu décevant par rapport à ses projections :


http://bibliotheque-numerique.inha.fr/viewer/8719?medianame=0628_doucet_4ae415_01_000089&q=coriolan#page=87&viewer=picture

page 89 à 96 a écrit:
Planche V
De trois figures qui composent ce petit tableau, celle qui paroît assise pourroit représenter Volumnie*, mère de Coriolan. Hersilie, sa belle-fille, est à côté d'elle ; et Valérie, sœur de l'illustre Valerius Publicola, semble introduite par Hersilie. Valérie soutient le derrière de sa robe, ce qui lui donne un air de majesté convenable à l'emploi dont elle s'est chargée. Le bras suppliant qu'elle avance, sa main qui est dans un mouvement de pronation, de même que sa tête qui est inclinée vers Volumnie, qu'elle regarde d'un air grave, mais rempli d'intérêt, semble lui dire : « Volumnie, c'est pour la république, c'est pour vos dieux domestiques, c'est pour le salut de Rome, qui vous a donné naissance, que je viens vous demander de fléchir votre fils, déjà campé à la vue de nos murs, et qui, à la tête des Volsques, qu'il enhardit contre nous, s'est refusé aux supplications du peuple, du sénat et des pontifes ». Son genou, qui se plie, montre qu'elle est incertaine du succès qu'aura sa demande, et dans les traits de son visage on voit, autant que le permet la petitesse d'un tel profil, la noblesse des motifs qui l'animent, et une sorte d'espérance qui n'est pas sans crainte de ne pas obtenir ce qu'elle souhaite. Hersilie, immobile, appuie sa demande des yeux, et dans son action, qui est très-peu composée, elle paroît souffrir de l'agitation tendre dans laquelle est Volumnie. Celle-ci, après avoir entendu les raisons qu'on lui a dites, dans un mouvement de tendresse, et pour sa patrie et pour son fils,  jette les bras en avant, et semble dire, par l'action de ses mains : Eh, pourtant, ils l'ont contraint à se déclarer l'ennemi de cette ville, dont il étoit le soutien! Cependant sa jambe, qui se retire sous elle, montre le dessein où elle est de se lever et d'aller trouver Coriolan. Rien n'est plus simple que la composition de ce petit dessin, mais rien n'est plus éloquent. Les attitudes en sont nobles, les têtes pleines de caractère, les attitudes répondent parfaitement à la pensée, et les actions aux sentimens. La main et le coude d'Hersilie se voyent sous la draperie qui les couvre, ainsi que le bras de Valérie. Quoique tout cela n'ait coûté que quatre traits au peintre qui l'a fait, on trouvera cependant peu de figures qui aient autant de grâces que celle de Volumnie, Je ne ferai point de remarques sur la forme de la chaise, sur celle des coiffures et sur les vêtemens, mais j'observerai que la sorte d'ornement qui est sous les pieds de ces femmes, me semble représenter un de ces pavés que les Anciens faisoient en mettant des briques de champ, et qui à cause de leur forme, qui ressemble à l'épine du dos d'un poisson, sont appelées spina di pesce par les Italiens. Ceci indique que c'est dans sa maison que Les dames romaines vinrent chercher Volumnie. J'ose croire que les amateurs, et ceux qui connoissent les fondémens de l'art, ne trouveront pas ce petit morceau indigne de Raphaël même, et pour se convaincre qu'il y en a dans ce recueil que ce grand homme se seroit fait un plaisir d'étudier, on peut jetter un coup-d'oeil sur la trente-quatrième planche du deuxième volume**. Ce dessin nous paroìt être, par rapport à celui que nous venons d'expliquer, comme celui-ci est au premier: ainsi, dans ces trois pièces, on voit l'enfance, la perfection et le sublime de l'art. Nous montrerons dans la suite d'autres peintures qui rempliront les espaces compris entre ces trois temps, non-seulement chez les Grecs, mais encore chez les Etrusques et chez les Romains : car tel est le prix de la collection singulière que nous donnons au public, que de toutes celles que l'on peut faire, soit en marbre, en bronze, en médailles ou en pierres gravées, celle-ci peut seule indiquer les progrès successifs de la peinture et du dessin. Et comme dans une galerie de tableaux on cherche à réunir ceux
des maîtres qui ont travaillé depuis le Cimabué, André-Tassi, Guaddo Gaddi, le Margaritonne et le Giotto jusqu'à nos jours; ainsi, dans ce recueil, on peut réunir les styles de tous les temps de l'art des anciens. Ce n'est donc pas sans raison que nous irons dit ailleurs que notre collection est également capable de completter les porte-feuilles, bien entendus, d'estampes et de dessins, ou de meubler d'une manière non moins agréable qu'utile et instructive, le cabinet d'un curieux et d'un homme de goût, puisque c'est par elle qu'il peut voir, comme dans une sorte de carte géographique toute la marche, et compter pour ainsi dire tous les pas de l'industrie humaine dansée plus agréable des arts qu'elle ait inventés.

« Tels sont les dessins que l'on trouve sur ces vases, qu'ils pourroient être placés parmi les plus belles compositions de Raphaël. II est encore à remarquer qu'il n'y a pas deux vases dont les figures soient tout-à-fait semblables. J'en ai vu plusieurs centaines, chacun a une représentation particulière. Un connoisseur qui sait juger de l'élégance d'un dessin et apprécier les compositions de main de maître, et qui de plus sait comment l'on couche les couleurs sur les ouvrages de terre cuite, trouvera dans la délicatesse et le fini de la peinture de ces vases une excellente preuve de la grande habileté des artistes qui les ont peints. II n'est point de dessin plus difficile à exécuter. Ces vases n'ont point été peints d'une autre manière que ceux de nos potiers, ou autrement que notre fayance (sic) commune, sur laquelle on couche la couleur bleue lorsqu'elle a été grillée. Cette espèce de peinture exige beaucoup de vitesse, car toute terre cuite attire l'humidité des couleur. comme un terrein sec et altéré boit la rosée. Si donc les, contours ne se font pas avec une très grande hâte et d'un seul trait rapide, la couleur ne prend joint, vu que le pinceau se trouve d'abord desséché et la couleur brûlée ou épuisée de l'humide qui la détrempe. Cependant on ne voit point de lignes interrompues et reprises de nouveau sur ces vases. I1 faut donc que le contour d'une figure ait été fait d'un seul trait, sans être interrompu, ce qui doit être regardé comme un prodige de perfection dans ces dessins. I1 faut considérer de plus, qu'il n'y a pas moyen de faire aucune sorte de changemens ni de correction à ces ouvrages : les contours doivent nécessairement rester tels qu'ils ont été dessinés d'abord ; nouvelle circonstance qui exige une main très-sûre. Les insectes les plus petits et les plus vils en apparence sont le chef-d'œuvre de la nature : les vases de terre peints sont: de même la merveille de l'art des anciens. Des têtes et quelquefois des figures entières, esquissées d'un seul trait de plume dans les premières études de Raphaël, décèlent aux yeux du connoisseur la main d'un grand maître, autant ou plus que ses tableaux les plus achevés. Ainsi l'assurance et l'habileté de la main des anciens Artistes éclatent plus dans le travail de ces vases que dans l'exécution de leurs autres ouvrages. Une collection de ces sortes de vase, est un trésor de dessins »
* soit c'est Volumnie femme de Coriolan, soit c'est Véturie mère de Coriolan!!! C'est quand même écrit l'année qui précède le choix de ce sujet pour le prix de l'Académie! Ou bien c'est l'anglais Hamilton qui a mis une fausse indication pour voir si les français recopient tout bêtement...


** trente-quatrième planche du deuxième volume :
trente-quatrième planche du deuxième volume:

Like a Star @ heaven  Like a Star @ heaven  Like a Star @ heaven

Qui est Hamilton? Il serait chargé d'un ministère nous dit-on dans la préface...
Et il a fait graver en Italie les illustrations des vases (la photo de l'époque) avant de les faire transporter dans son pays de peur qu'ils ne se brisent.

Wikipedia n'en connait pas de cette époque sauf Alexander Hamilton (1757-1804), politicien fondateur du Parti fédéraliste américain.
Les historiens voient Hamilton comme le Père Fondateur qui défendit le plus efficacement le principe d'un gouvernement fort, centralisé et fédéral, et une interprétation élastique de la constitution. Il soutint l'idée d'une défense nationale forte, des finances nationales solides basées sur une dette nationale liant le gouvernement national aux hommes riches du pays, et un système bancaire fort.

Alors comment le trouver?
Cherchons l'auteur du bouquin sur wikipedia : d'Hancarville
wiki sur d'Hancarville a écrit:
Pierre-François Hugues, connu sous le nom « baron d'Hancarville » (Nancy 1719 – Rome ou Padoue 1805) était un historien de l'art et des idées.
...
Il avait inventé le titre de baron et le nom d'Hancarville  Very Happy  Very Happy  Very Happy
...
Il parcourut l’Allemagne, la France, l’Espagne, le Portugal, l’Italie, se donnant pour gentilhomme, cherchant la fortune qu’il ne trouvait pas toujours. Au cours de ces voyages, il aurait changé plusieurs fois la version qu’il donnait de son origine.

A Naples, il entra en relation avec William Hamilton, ambassadeur d’Angleterre, qui s’occupait beaucoup des monuments et des collections antiques, et trouvait chez d’Hancarville l’érudition d’un savant et le talent d’un artiste.

C’est d’après les collections formées par W. Hamilton qu’il exécuta son grand ouvrage sur les antiquités étrusques, grecques et romaines, œuvre magnifique, mais dont l’importance et le prix élevé en raison des gravures qu’il comportait, ont été diminués par d’autres productions du même genre qui ont paru depuis.

https://fr.wikipedia.org/wiki/Pierre-Fran%C3%A7ois_Hugues_d%27Hancarville

Je comprends mieux maintenant pourquoi il confondait Volumnie avec Véturie. Il y avait déjà des fakes dans l'internet de l'époque.
Donc les commentaires sur ces magnifiques antiquités sont le fruit d'une sorte d'aventurier devenu antiquaire...
J'ai vu qu'il avait aussi fait imprimer de petits livres avec les gravures licencieuses trouvées chez les antiques.

Je ne suis pas le seul à trouver ces gravures magnifiques : il est réédité chez Taschen


http://bibliotheque-numerique.inha.fr/viewer/8719?medianame=0628_doucet_4ae415_01_000089&q=coriolan#page=100&viewer=picture
Némésis qui ordonne de venger Agamemnon (page 100 planche 12)




http://bibliotheque-numerique.inha.fr/viewer/8719?medianame=0628_doucet_4ae415_01_000089&q=coriolan#page=124&viewer=picture
Gladiateur


http://bibliotheque-numerique.inha.fr/viewer/8719?medianame=0628_doucet_4ae415_01_000089&q=coriolan#page=124&viewer=picture
Danse de sportifs
le baron a écrit:Cette danse de deux hommes nus en présence du président des jeux ou gymnusiarque, s'appelloit Gymnopédie. Les bâtons qu'on voit ici servoient dans la danse armée que les Grecs nommoient Enopie ; l'un des danseurs marque la mesure avec ìe cymbaluini et l'autre tient cette sorte d'instrument fait de pièces de bois qu'on battoit l'un contre l'autre, et qui s'appelloit 'ZKIÇOIÍ : c'était une espèce de castagnettes dont on se sert encore dans le royaume de Naples, où l'on a retenu des danses des anciens. Cette peinture, exécutée dans le goût des monocromates des premiers temps, nous paroit néanmoins en être assez éloignée par l'esprit et l'intelligence qu'on voit dans les figures.
http://bibliotheque-numerique.inha.fr/viewer/8719?medianame=0628_doucet_4ae415_01_000089&q=coriolan#page=128&viewer=picture


le baron a écrit:Les figures de cette peinture nous semblent représenter
Etéocle et Polynice son frère, qui combattent devant Thèbes;
la figure de femme qui est derrière eux pourroit bien être
l'Antygone de la tragédie d'Eschyle, dans les sept chefs de
Thèbes : rien n'est plus piquant que le petit morceau dont le
style , quoique très singulier , est plein d'esprit et d'intelligence.




Oreste et Pylade

le baron a écrit:On voit dans cette peinture Bacchus barbu ; il porte la robe des Indiens, pour montrer qu'il les avoient domptés c'est la bassaride. On l'a représenté dansant avec une bacchante, parce que c'est ainsi , suivant Ovide , qu'il conquit l'Inde. Le vase qu'il porte est un de ces sortes de calices qu'on appelloit auriculati. Ces deux figures sont pleines de mouvement ; l'habillement de la bacchante est remarquable par ses franges , ses ornements et sa forme, qui vient de l'Orient, Dans la physionomie du Bacchus, qui a été dessiné avec toute l'exactitude possible, on peut aisément reconnoître celle de l'Ebon dont j'ai déjà beaucoup parlé.




http://bibliotheque-numerique.inha.fr/viewer/8719?medianame=0628_doucet_4ae415_01_000089&q=coriolan#page=176&viewer=picture
Offrande d'une jeune fille

avatar
Ulysse92
Admin

Messages : 3175
Date d'inscription : 30/12/2010
Localisation : Dans les étoiles

http://jardindesprit.forumgratuit.org

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum