Louis Soutter - exposition - la maison rouge

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Louis Soutter - exposition - la maison rouge

Message  Ulysse92 le Dim 2 Sep 2012 - 11:40


A la Maison Rouge 10 boulevard de la bastille se tient actuellement l'exposition Louis Soutter que je vous recommande




Louis Soutter, le tremblement de la modernité




Louis Soutter n'est pas un naïf ni un fou. Né en 1871, ayant fait de bonnes études il se consacre au violon, part aux états-unis, devient professeur de dessin. Rentré en Suisse il a des problèmes psy, se met à dépenser sans compter. En Suisse ça rigole pas : on joue pas avec le fric. Donc il est mis sous tutelle et quand sa soeur décède il se retrouve à l'asile des indigents à 52 ans!!!!!!!!!!!!!! à la charge de son village Balaigne, jusqu'à sa mort à l'âge de 71 ans en 1942.

Il n'a pas le droit d'y faire ce qu'il veut

Il donne quelques cours de violon et demande à une de ses élèves de lui amener des cahiers. Il va voler l'encre à la Poste et couvre ses cahiers de dessins... Son cousin Le Corbusier, 1ère bonne fée, apprend qu'il manque de tout et lui apporte de plus grands papiers.

Mais l'institution n'aime pas les artistes et lui pique son violon pour le vendre, soi-disant pour rembourser les frais.

Heureusement Jean Giono, 2ème bonne fée, adore ses dessins et explique à l'institution que ses dessins pourraient valoir très cher un jour.

Michel Thevoz a écrit: Né le 4 juin 1871 à Morges, près de Lausanne, d’un père pharmacien et d’une mère musicienne, Louis-Adolphe Soutter entreprend des études d’ingénieur et d’architecte, tout en s’initiant au dessin et à la peinture dans l’atelier de Léon Gaud, élève de Barthélémy Menn, à Genève. Il pratique aussi la musique, à l’instar de son frère et de sa soeur. De 1892 à 1895, il s’établit à Bruxelles pour parachever ses études de violon avec Eugène Ysaye. Il y rencontre une Américaine qui deviendra sa femme, Madge Fursman, violoniste elle aussi. En 1895, il reprend des études de dessin et de peinture à Paris, dans les ateliers de Jean-Paul Laurens, de Jean-Joseph Benjamin-Constant et de Colarossi, représentatifs de l’académisme. En 1897, il s’installe avec sa femme dans la famille de celle-ci, à Colorado Springs, aux États-Unis. Il y enseigne la peinture et deviendra au bout d’un an le directeur du département des beaux-arts du Colorado College.
En 1903, répudié par sa femme (qui, curieusement, se déclarera veuve aux services de l’état civil de Colorado Springs), Louis Soutter revient définitivement en Suisse, dans un état de détresse morale. Jusque vers 1915, il réussit à exercer le métier de violoniste, d’abord dans des orchestres symphoniques, puis dans des petits orchestres de danse. Il finit par mener une existence de vagabond, au scandale et au désespoir de sa famille, qui parvient à le faire interner prématurément, en 1923 (à l’âge de cinquante-deux ans), dans un asile de vieillards à Ballaigues, dans le Jura vaudois. Il y passera les vingt dernières années de sa vie. Il y est très malheureux, il souffre de la promiscuité des indigents probablement très frustes qui y sont pensionnés, de la difficulté de dessiner et de peindre, et du traitement infantile auquel il est soumis (par exemple, on lui confisque son violon par mesure de rétorsion). Il fait fréquemment de longues fugues chez des amis ou chez des hôtes d’occasion.
Cette fracture sociale et mentale, après quelques années de latence, se marque vivement dans sa production graphique. Soutter rompt totalement avec la manière conventionnelle de ses années fortunées, qui aurait probablement fait de lui un paysagiste et un portraitiste apprécié. Il recommence sur de toutes autres bases, avec des moyens de fortune, une oeuvre intime, dans le secret de cahiers d’écolier qu’il accumule dans sa chambre de l’asile — et qu’on utilise parfois pour allumer le poêle.


Pour avoir une idée de son apprentissage du dessin à l'école regardez ceci :

Cathédrale 1895

Portrait de beethoven 1898



Il s'inspire de reproductions d'art pour ses dessins à la plume où il manie le noir et surtout les blancs en maître.


un faune




mortels magnanimes


vivants en serre

Le Corbusier a une collection de dessins qui sont exposés en ce moment à la villa La Roche à Paris
Cliquez ici => ma visite de la villa


Les premières primevères à Balaigne


Roses





Masques des morts


Rouges


Cliquez ici => Louis Soutter, le peintre fou

En 1937 un autre ami, maître verrier, lui apporte de l'encre de carrosserie et c'est là qu'il commence à peindre par terre sur de plus grandes feuilles avec ses doigts, l'encre, de la cire, comme des vitraux.


Tête d'homme

Visage

trois têtes tropiques





et puis de nombreuses peintures sont quasiment en noir





Louis Soutter lit beaucoup et s'inspire de ses lectures pour dessiner mais... il complète aussi les livres.
Il recouvre les marges des livres de ses dessins et crée ainsi une nouvelle oeuvre!
Plus de 10 livres remaniés sont ainsi exposés.









Il a aussi découpé des papiers



Louis Soutter n'est pas un naïf ni un fou c'est juste un original!

J'ai beaucoup aimé ses dessins et peintures au doigt I love you I love you I love you . J'aurais bien aimé acheter un poster... mais ils n'en avaient pas. J'ai acheté le très beau catalogue.

on peut acheter un ancien poster ici
http://panther.directrouter.co.uk/~itsurpic/index.php?page=shop.product_details&flypage=flypage-ask.tpl&category_id=12&product_id=148&option=com_virtuemart&Itemid=86
avatar
Ulysse92
Admin

Messages : 3175
Date d'inscription : 30/12/2010
Localisation : Dans les étoiles

http://jardindesprit.forumgratuit.org

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum