L'opéra de quat'sous

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

L'opéra de quat'sous

Message  Ulysse92 le Mer 2 Mar 2011 - 23:58


jocolor clown cat pig monkey Like a Star @ heaven bom confused drunken cherry albino


L'opéra de quat'sous

jocolor clown cat pig monkey Like a Star @ heaven bom confused drunken cherry albino


B e r t o l t _ B r e c h t


K u r t _ W e i l (musique)

jocolor clown cat pig monkey Like a Star @ heaven bom confused drunken cherry albino



La musique entrainante de la ballade du souteneur




extrait du film de Pabst 1931


D'abord en très bonne qualité mais sans les images...

cliquez ici => DEEZER Brodway




Lotte Lenya


Kurt Weil a écrit "Mack the knife" pour Lotte Lenya sa femme


_
Lotte Lenya joue Pirate Jenny

« On a pas besoin d’un matériau se distinguant déjà en soi par sa beauté extérieure.
On a pas besoin de héros qui soient des rois, des poètes, des philosophes.
(pas d’Antigone et pas de Faust). Même le destin d’une lavandière (Mère Wolfen dans La Pelisse de castor) peut être tragique et donc (?) beau. »
Bertolt Brecht. Lettre à Caspar Neher (1914)


Deux siècles après que John Gray eut écrit son célèbre Opéra des gueux – un texte âpre qui tourne le dos aux héros écœurants de suavité des pastorales d’alors et charge violemment l’Angleterre bourgeoise et hypocrite qui déjà déclare que « Tout homme a un prix » – Bertolt Brecht pour le texte, Kurt Weill pour la musique, s’emparent de l’œuvre avec une férocité digne de son modèle. Tous les personnages sont là : Peachum, le receleur, à la tête d’une florissante affaire de faux aveugles et de vrais borgnes, la tendre Polly, que son père entend bien rapidement transformer en riche veuve, Mackie-le-surineur, Jenny-des-lupanars, la prostituée qui rêve naïvement d’un grand bateau qui l’emmènera là-bas… Mais chez Brecht, le haillon est sacré, et l’on ne court jamais le crime qu’en chantant, une bible à la main. On philosophe cyniquement sur l’impossibilité d’être bon dans un monde qui ne l’est pas et l’on ne fait de bonne fin que pour mieux dénoncer l’illusion d’une justice possible.

On a beaucoup insisté sur l’ambiguïté d’une pièce – cynisme nihiliste ou dénonciation critique – qui déjà, à l’époque de sa création (1928), connut un immense succès auprès de tous les publics. Mais dans cette ambiguïté que Brecht lui-même tenta d’éclaircir par la suite, se cache encore une grande partie de son immense richesse. Face à cette œuvre le metteur en scène doit toujours choisir son camp et décider du costume de Macki-le-surineur, ce requin aux dents si blanches : un habit de bourgeois ou un costume de truand…


Dernière édition par Ulysse92 le Jeu 3 Mar 2011 - 0:48, édité 2 fois
avatar
Ulysse92
Admin

Messages : 3182
Date d'inscription : 30/12/2010
Localisation : Dans les étoiles

http://jardindesprit.forumgratuit.org

Revenir en haut Aller en bas

Lotte Lenya chante Kurt Weil

Message  Ulysse92 le Jeu 3 Mar 2011 - 0:43


Alabama song


Lotte Lenya chante "Surabaya Johhny" from Happy End (Brecht/Weill) (1958)


Kurt Weil chante luimême Speak Low
avatar
Ulysse92
Admin

Messages : 3182
Date d'inscription : 30/12/2010
Localisation : Dans les étoiles

http://jardindesprit.forumgratuit.org

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum