Fables de La Fontaine et leurs origines

Aller en bas

Fables de La Fontaine et leurs origines Empty Fables de La Fontaine et leurs origines

Message  Ulysse92 le Mer 12 Déc 2018 - 13:21


Un site indique que l'inspirateur est le recueil d'un anonyme de Nevelet(II, 10) http://www.la-fontaine-ch-thierry.net/louchevreau.htm
mais je ne l'ai pas retrouvé sur Gallica


J'ai fait des recherches et j'ai trouvé ceci : https://gallica.bnf.fr/blog/07032018/les-sources-antiques-des-fables-de-la-fontaine
On y indique que La Fontaine n'est pas forcément inspiré d'Esope même car à l'époque tout ce qui était ancien lui était attribué et cependant il lui a inspiré beaucoup de fables.
On a retrouvé des tablettes à Palmyre et ailleurs qui servaient dans les écoles de rhétorique.

Au XIVe il y a des rapporteurs de textes latins (traduits sans doute du grec) qui compilent dans des livres d'anciennes fables.
Ensuite au XVIe il y a beaucoup de traducteurs de textes anciens en latin  qui ont fait de la vraie poésie française.
Et c'est peut être de cela que Jean de La Fontaine s'est inspiré en partie.

Un site très intéressant fournit une véritable étude sur les fables d'Esope : https://fr.wikisource.org/wiki/Fables_d%E2%80%99%C3%89sope_(trad._Chambry,_1927)
Il cite les documents historiques sur lesquels on peut se fier et propose une traduction de ces fables originelles qui servaient dans les écoles anciennes aux premiers siècles pour faciliter les argumentations.

Mais on n'y trouve pas cette fable ce qui laisse à penser qu'elle n'est donc pas d'Esope. https://fr.wikisource.org/wiki/Fables_d%E2%80%99%C3%89sope_(trad._Chambry,_1927)/Table_alphab%C3%A9tique

Il vaut mieux se reporter ici :  https://data.bnf.fr/15625688/romulus___xiie_s_
Longtemps resté anonyme, publié en 1610 par Isaac Nevelet, d'où l'appellation "Anonyme de Nivelet".
mais c'est en latin! Et ce n'est pas directement disponible sur Gallica

Par contre on peut en trouver une version plus ancienne
A force de chercher sur Gallica j'ai trouvé ceci :
Esopi moralitas, de greco in latinum traducta
Fables ésopiques en distiques latins, dites de l'anonyme de Névelet et attribuées parfois, entre autres, à Ugobardus de Sulmona ou à Sebastian Brant. D'après Léopold Hervieux, "Les fabulistes latins depuis le siècle d'Auguste jusqu'à la fin du Moyen-âge", 2e édition, t. I, pp. 492-494, l'auteur en serait "Walther l'Anglais"
Édition : Romae :  1475

Fables de La Fontaine et leurs origines Moupee10
https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k70109s/f24.image
pas facile de traduire ce bas latin avec ces s et ces f qui se confondent, ces u et ces v aussi et ces fautes de frappe
de capra lupo hedo => à propos d'un loup et d'un chevreau (enfant de chèvre);
(C)Apra cibum querens => une chèvre cherchant de quoi manger
hedum com(m)endat ovili => recommanda à son enfant que l'étable à chèvre
hunc illi solida (ces renforts) servat (observe) ovile(étable à chèvre)   fera (bêtes sauvages)
natuim cauta parens => Né de parent prudent
monitu premittit amico => avertissement préalable d'un ami
Ut lateat ne fit in tua damna  => Pour ne pas oublier ce qui se fait dans vos pertes imprévisibles
hic latet (ici se trouve)  ecce lupus (voici le loup) mouet hostia (s'approchant de la victime)
voce capella exprimit (parlant d'une voix de chèvre)
ut pateant hostia clausa petit (pour demander que soient ouvertes les portes de la victime)
sta procul (se tint à distance) hedus (l'enfant) ait (et dit oui) caprinas gutture falso (à la fausse gorge de chèvre)
Cum male capripes  (avec pauvrement ces pieds de chèvre) te procul esse volo (je n'ai pas étés loin de toi)
Quod mea fis mater! (ce qui fait de moi ta mère!)
Mentitur imago loquendi (l'image de celui qui parle mentira)
Rimula qua (par cette fente) video (je vois) te docet esse lupum (que tu dois être un loup)
(morale de la fable)
Infita(ou Infira ou Insita ou Insira... l'emport) natorum cordi (du cœur des enfants) doctrina parentum (à la doctrine des parents)
Cum pariat fructum (avec ce qui engendre un résultat)  preca nocere solent (les prières souvent nuisent)

C'est vraiment très très dur de traduire avec ces fautes de frappe et mon niveau de latin...
Merci au Gaffiot en ligne (et à mes études de latin) https://www.prima-elementa.fr/Gaffiot/Gaffiot-dico.html
et à la Grammaire latine en ligne http://bcs.fltr.ucl.ac.be/gramm/001.tabgram.html

Puis j'ai trouvé ceci sur Gallica

Titre :     Les Fables du très ancien Ésope phrigien / premièrement escriptes en grec, & depuis mises en rithme françoise (par G. Corrozet)
Auteur :     Ésope (0620?-0560? av. J.-C.). (Nota : tout ce qui était ancien était attribué à Esope, Phèdre, etc...)
Date d'édition :     1542
Contributeur :     Corrozet, Gilles (1510-1568). Traducteur
Fables de La Fontaine et leurs origines Les_fa10
https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k8707962p/f9.image

Fables de La Fontaine et leurs origines Loupet10
https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k8707962p/f63.image

C'est relativement proche de l'histoire en latin.
Un mot surprend : le tect

Chênes cornus a écrit:
Le Tect est un terme du dialecte bressan. Il a son origine dans le mot latin "tectum" qui signifie "toit".

On l'utilise pour designer des parties de la ferme qui sont "sous un toit" tel que le poulailler ou la porcherie. Le Tect se trouve sous un toit qui abritait autrefois différentes compartiments pour les poules, moutons et agneaux.
http://www.chenescornus.fr/fr/tect

On trouve aussi : Isaac de Benserade : Les fables d'Esope en quatrains 1678
Fables de La Fontaine et leurs origines Loupch10
https://fr.wikisource.org/wiki/Fables_d%E2%80%99%C3%89sope_en_quatrains

Voyons maintenant tout ce qu'a introduit Jean de La Fontaine

Jean de La Fontaine a écrit:
Le Loup, la Chèvre et le Chevreau

Fables de La Fontaine et leurs origines Loup-c10
http://phonekey.eu/garantir-lidentite-et-gerer-les-acces-de-vos-utilisateurs/

La bique allant remplir sa traînante mamelle,
Et paître l'herbe nouvelle,
Ferma sa porte au loquet,
Non sans dire à son biquet:
«Gardez-vous, sur votre vie,
D'ouvrir que l'on ne vous die,
Pour enseigne et mot du guet :
«Foin du loup et de sa race!"»
Comme elle disait ces mots,
Le loup de fortune passe;
Il les recueille à propos,
Et les garde en sa mémoire.
La bique, comme on peut croire,
N'avait pas vu le glouton.
Dès qu'il la voit partie, il contrefait son ton,
Et d'une voix papelarde
Il demande qu'on ouvre en disant: « Foin du loup!»
Et croyant entrer tout d'un coup.
Le biquet soupçonneux par la fente regarde:
«Montrez-moi patte blanche, ou je n'ouvrirai point,»
S'écria-t-il d'abord. (Patte blanche est un point
Chez les loups, comme on sait, rarement en usage.)

Celui-ci, fort surpris d'entendre ce langage,
Comme il était venu s'en retourna chez soi.
Où serait le biquet s'il eût ajouté foi
Au mot du guet, que de fortune
Notre loup avait entendu?

Deux sûretés valent mieux qu'une,
Et le trop en cela ne fut jamais perdu.

mot du guet : mot de passe
Foin : marque au 17ème, le dépit, l'agacement, la répulsion.
de fortune : par hasard
papelarde :  hypocrite
https://www.poesie-francaise.fr/jean-de-la-fontaine/fable-le-loup-la-chevre-et-le-chevreau.php

La Fontaine change la morale et l'astuce (mot de passe), introduit une belle note d'humour et change l'histoire en introduisant l'histoire de la patte blanche.


dans certains livres sur Gallica c'est bien illuminé mais peu lisible
Fables de La Fontaine et leurs origines Illum_11
https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b7200026m/f69.image


Autre exemple où quand on dit que les belles fables sont d'Esope elles sont souvent du traducteur de latin en poésie française.
Pour Esope les fables ne sont que des paradigmes permettant de bâtir ensuite une discours.
Mais ensuite elles deviennent des sources de grande poésie. A chaque époque sa valeur ajoutée!!!

La Fontaine ici serait plutôt plagiaire du corbeau et le renard chez Esope versifié par Corrozet

dans certains livres sur Gallica c'est bien illuminé mais peu lisible

en latin c'est très court :
Fables de La Fontaine et leurs origines Renard11
Fables de La Fontaine et leurs origines Renard12
https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k70109s/f10.image

Vulpe gerente fame (un renard maitrisant sa faim)
corvu gerit arbor z esca (un arbre portait un corbeau et sa nourriture
Ore gerens corvus (parle au corbeau portant)
vulpe loquente filet (le renard en parlant étira le fil)
Corve decore decens (la beauté harmonieuse du corbeau)
si cantu placeas (s'il te plaisait de chanter)
plus ave quacs places (plus oiseau qui plait)
Credit avis  (l'oiseau croit)
picteps placent preludia lingue
Dum canit (tandis qu'il chanta)
ut placeat(pour plaire)
caseus ore cadit (le fromage tomba de la bouche)
hoc fruitur vulpes (ce qui fit l'affaire du renard)
insurgunt tedii corvo (se levèrent les beaux-parleurs au corbeau)
aspirat in medio damna dolore pudor (souffle au milieu des pertes la douleur et la honte

Fellitum patitur risum (l'amertume souffre du rire
quem mellit manis (qui fait couler aux enfers )
Gloria vera parit tedia (la vraie gloire nait de la fatigue
falsus honor (le faux honneur


Chambry en propose cette traduction en 1927 :
Chambry a écrit:
LE CORBEAU ET LE RENARD

Un corbeau, ayant volé un morceau de viande, s’était perché sur un arbre. Un renard l’aperçut, et, voulant se rendre maître de la viande, se posta devant lui et loua ses proportions élégantes et sa beauté, ajoutant que nul n’était mieux fait que lui pour être le roi des oiseaux, et qu’il le serait devenu sûrement, s’il avait de la voix. Le corbeau, voulant lui montrer que la voix non plus ne lui manquait pas, lâcha la viande et poussa de grands cris. Le renard se précipita et, saisissant le morceau, dit : « Ô corbeau, si tu avais aussi du jugement, il ne te manquerait rien pour devenir le roi des oiseaux. »

Cette fable est une leçon pour les sots.
https://fr.wikisource.org/wiki/Fables_d%E2%80%99%C3%89sope_(trad._Chambry,_1927)/Le_Corbeau_et_le_Renard

Mais pour le traducteur-versifieur c'est autre chose!...

Fables de La Fontaine et leurs origines Corbea10

Fables de La Fontaine et leurs origines Corbea11
https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k8707962p/f37.image
Alors que d'habitude les fables d'Esope sont courtes et servent juste de prétexte à une morale, ici on y retrouve pratiquement la belle fable de la Fontaine.

http://www.la-fontaine-ch-thierry.net/fables.htm

Jean de La Fontaine a écrit:

LE CORBEAU ET LE RENARD

Maître Corbeau, sur un arbre perché,
Tenait en son bec un fromage.
Maître Renard, par l'odeur alléché,
Lui tint à peu près ce langage :
Et bonjour, Monsieur du Corbeau,
Que vous êtes joli ! que vous me semblez beau !
Sans mentir, si votre ramage
Se rapporte à votre plumage,
Vous êtes le Phénix des hôtes de ces bois.
À ces mots le Corbeau ne se sent pas de joie,
Et pour montrer sa belle voix,
Il ouvre un large bec, laisse tomber sa proie.
Le Renard s'en saisit, et dit : Mon bon Monsieur,
Apprenez que tout flatteur
Vit aux dépens de celui qui l'écoute.
Cette leçon vaut bien un fromage sans doute.
Le Corbeau honteux et confus
Jura, mais un peu tard, qu'on ne l'y prendrait plus.

http://www.la-fontaine-ch-thierry.net/corbrena.htm
Ulysse92
Ulysse92
Admin

Messages : 3067
Date d'inscription : 30/12/2010
Localisation : Dans les étoiles

https://jardindesprit.forumgratuit.org

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum