Camille Bombois 1883-1970

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Camille Bombois 1883-1970

Message  Ulysse92 le Mar 18 Oct 2011 - 20:16

_ Camille Bombois _

Camille Bombois est un peintre naïf, né le 3 février 1883 à Venarey-les-Laumes (Côte-d’Or) et mort le 11 juin 1970 à Paris XXe.


La fermière
Musée Dina Vierny - Maillol


Fils d'un batelier, il passe son enfance sur la péniche paternelle. En raison du métier de son père, manœuvrier sur une péniche du canal de Bourgogne, il passe plus de temps sur les chalands qu’à l’école. Camille Bombois est obligé de travailler très dur, valet de ferme à 12 ans, lutteur dans un cirque forain en 1903, marin.



En 1907 il décide d’aller à Paris pour devenir artiste mais devient ouvrier de tunnel au métro de Paris. Finalement, il peut obtenir un travail de nuit dans une imprimerie de journaux, ce qui lui laisse quelques heures par jour pour sa peinture.

Il ne peut financièrement suivre de cours de peinture mais visite Le Louvre pour observer le travail des grands maîtres. Pendant sept ans il vit cette vie difficile, mais c'est durant cette période qu'il acquiert un style et une technique bien à lui. A cette époque personne n'est encore intéressé par ses tableaux.


Camille Bombois se marie en janvier 1911, à la mairie du XVIIIe avec Eugénie Christophe. Mobilisé pour la Première Guerre mondiale, il est cité trois fois pour son courage dans les combats.

Quand il rentre à la maison, il découvre que son épouse a réussi à vendre plusieurs de ses peintures pour quelques francs. Cela l'encourage. Il revient à la routine de travailler la nuit et de peindre le jour.

De taille moyenne, mais de carrure herculéenne, à la fois tendre et brutal, le regard clair et franc, il est effectivement un des premiers de ces peintres amateurs qui ont su séduire les collectionneurs, si le Douanier Rousseau est hors concours dans cette catégorie. Auteur du tableau “le Sacré-Cœur et le square Willette” qui est conservé au Musée Beaubourg.


Le Cheval blanc 1920


Allée au tapis vert 1922


Le pont de Chablis 1922

En 1922, il fait une exposition de ses toiles en plein air à la Foire aux Croûtes de Montmartre, et en appelle au "jugement des foules", selon sa propre expression. L'exposition est un succès et ses peintures trouvent acheteurs.

Des critiques et des collectionneurs s'intéressent à lui, comme Wilhelm Uhde en 1924.

Camille Bombois a été exposé dans les Galeries des Quatre Chemins, en 1927.

Wilhelm Uhde le fait participer en 1928 à l'exposition des Peintres du Cœur sacré (avec Henri Rousseau, Camille Bombois, Louis Vivin and André Bauchant)

Wilhelm Uhde le fait participer en 1937 à l'exposition des Maîtres populaires de la réalité.


en 1944, première exposition en solo à la Galerie Petrides.


Paul Pétridès par Suzanne Valadon - 1930

Pendant les années 60, sa réputation devint mondiale. Vers la fin de sa carrière, il travaille surtout sur des petits formats, soulignant le caractère intimiste de son œuvre



L'œuvre de ce maître de l'art naïf est l'un des plus authentiquement et des plus savoureusement populaires, même si, la célébrité venue, il a un peu trop cédé à la tentation de se répéter et de s'imiter lui-même. Peu enclin au rêve exotique, Bombois puise son inspiration dans l'expérience quotidienne.


Le Cher




En souvenir de son enfance batelière, il s'est plu à peindre l'eau avec tous ses reflets et tous ses miroitements.





Il excelle dans les scènes de cirque, qui évoquent, non sans quelque nostalgie, ses années d'existence foraine, et dans les nus, où le sens du monumental s'allie à une sensualité candide.





Latent ou larvé chez la plupart des peintres naïfs - qui reculent presque toujours devant le tabou de la nudité féminine -, l'érotisme, ici, semble s'épanouir sur un mode triomphal.










Admiration naïve, quelque peu ostentatoire, de la force physique, de son décor campagnard et forain (Canal de l'Armançon à Tonnerre ; Marché des Fleurs à Honfleur ; Nu aux bras levés [v. 1925] ; l'Athlète [v. 1930, Paris, M. N. A. M.]). Robustesse et santé caractérisent l'art de Bombois, d'un dessin énergique, d'une précision savoureuse, et dont la minutie est compensée par la fraîche vigueur des couleurs.






le vieux moulin


Les lavandières


Jour d'été



Comparaison vue de Clerval 1930
<=>



avatar
Ulysse92
Admin

Messages : 3156
Date d'inscription : 30/12/2010
Localisation : Dans les étoiles

http://jardindesprit.forumgratuit.org

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum